HELLO

Alexandre JEANPETIT

DIGITAL NATIVE

E-commerce, M-commerce, F-commerce et demain G-commerce ?



Internet évolue, le e-commerce aussi.

10 ans pour qu’il s’installe en France dans une majorité de foyers, 10 ans pour voir apparaitre dans le monde du web des poids lourds (Amazon, Bestbuy, Cdiscount, Pixmania pour la France…), une sécurité de paiement renforcée, un acte devenu banal pour beaucoup de consommateurs…

Depuis 2 ans et l’émergence des smartphones, on parle de plus en plus du m-commerce. Cependant avec des sites qui ne sont pas optimisés pour le mobile, des applications qui ne sont pas pratiques voire carrément inutiles, on est loin de parler de succès – sérieusement comment peut-on être numéro 1 du e-commerce et proposer une App avec un panier à envoyer par e mail pour payer ? (App Cdiscount) –  Une étude récente montre que peu de gens achètent sur leur mobile et la plupart du temps, ils le font de chez eux. Prenons un cas concret. Personnellement,  j’achète mes billets (que je sois dans le métro ou chez moi) sur l’App iPhone ou iPad Voyages SNCF car elle est très pratique, rapide et ergonomique et que je déteste le site. J’ai l’app Cdiscount, Fnac et Amazon et mon premier réflexe est de toujours regarder sur le web, pourquoi ? Leurs App ne sont pas pratiques, lentes, il est difficile de tout voir… Dans mes amis, je n’en connais aucun qui achètent sur leur mobile et vous ? Pour autant, je crois énormément à l’usage du mobile dans le commerce : Fidall pour les cartes de fidélité, Plyce pour du géolocalisé bons plans, Groupon Now qui devrait arriver en France bientôt… Mais l’app est toujours liée au réel. Je vais même plus loin, je suis très tenté d’utiliser une App comme Hourra pour faire mes courses quand je suis dans le métro… Encore faudrait-il qu’on capte et que mon iPhone arrête de bugger… Voilà le gros problème du m-commerce, c’est que vous êtes plus dépendant à la technologie que sur votre ordinateur et dans ce domaine, opérateurs, Etats, fabriquants de mobiles ont un rôle important à jouer… Dans quelques années, le m-commerce deviendra surement intéressant et très pratiqué.

Et puis depuis 6 mois, on tente d’apporter un nouveau terme dans le paysage du commerce, le F-commerce…. Autant j’ai beau être sceptique sur le m-commerce – mais qu’il a un avenir – autant pour le F-commerce, je n’y crois pas du tout… Pourquoi ? Une fois de plus, les gens ne sont pas là pour cela… On vient sur Facebook pour le ludique, se divertir, faire du voyeurisme… Quand on voit que 99% d’entre eux ne retournent jamais sur la page fan de la marque mais se contentent de suivre l’actualité de la marque depuis leur fil d’actu, à quoi bon mettre un onglet boosket sur sa page ?! Quand je vais sur Facebook, est ce que je me pose la question de savoir ce que je vais acheter ?! Non et avant que l’usage en devienne la norme, Facebook n’existera peut être plus… (Je prends des risques, je sais). Je me suis toujours posé la question : pourquoi Facebook n’employait pas plus de moyen pour les entreprises. Entre nous une page Facebook n’est vraiment pas optimisée pour faire du commerce… Ce n’est pas en donnant un dashboard, la possibilité à des développeurs d’applications de mettre au point des boutiques virtuelles ou la possibilité de modérer une page, qu’on va aller loin dans le domaine… Facebook pourrait offrir beaucoup plus mais ne le fait pas. Je n’ai pas entendu Julien Codorniou faire l’apologie du ecommerce sur Facebook lors de ses dernières conférences, au contraire… La Redoute a tenté l’expérience et a fini par abandonner, surement par manque de résultats. Pour finir, 5 milliards de $ de CA en 2010 dans le monde sur Facebook face aux centaines de milliards du e-commerce, autant parler d’une goutte d’eau…Aucune chance que cela marche un jour.

Aujourd’hui, je vous apporte un nouveau terme qui pourrait faire son apparition dans les mois (années ?) à venir… Le G-commerce. G pour gaming. Le social gaming est entrain de porter un nouveau business sur internet, très rentable et très intéressant. J’ai la chance de suivre Antvoice, le leader en France dans ce domaine sur Facebook pour me rendre compte à quel point nous sommes face à un tournant de l’utilisation d’Internet. Les entreprises devraient s’intéresser de plus en plus à ce domaine dans les prochains mois. De plus, Facebook met à disposition une monnaie, pourquoi ne l’utiliserions pas ?! Chaque action du web peut se retrouver sous forme de jeu. Je ne sais pas si ce terme évoluera mais je pense que c’est une piste à étudier pour les mois à venir. Aujourd’hui, faire jouer les internautes pour les pousser à acheter est impensable, demain il sera peut-être réalité. Imaginez un Farmville couplé à un Groupon qui pousserait les gens à acheter sur un site web présent dans une Ferme ou non… Improbable non ? Ou encore, faire intervenir le gaming sur des sites de e-commerce pour augmenter le nombre de commandes ? Récompenser les membres qui jouent avec des réductions ? De multiples champs s’ouvrent aux marchands…

Le G-commerce arrive, ne ratez pas le tournant ;)

Comments

  1. Bonjour Alexandre,
    Plutôt un bon article. Globalement, je suis d’accord sur le fait que le M Commerce ne fonctionnera pas pour les raisons dont tu parles.
    Complètement d’accord avec le G-Commerce aussi (en souhaitant longue vie à Antvoice).
    Ou je ne suis pas d’accord, c’est sur la partie F-Commerce. Tu nous dis : « Quand on voit que 99% d’entre eux ne retournent jamais sur la page fan de la marque mais se contentent de suivre l’actualité de la marque depuis leur fil d’actu, à quoi bon mettre un onglet boosket sur sa page ?! » Quelle est la source ?
    Même s’il s’agit d’un canal complémentaire et pas forcément très développé aujourd’hui (http://rework.neowebmag.com/non-classe/en-2015-le-f-commerce-representera-30-milliards-de), il n’en reste pas mois que ce levier profitera sans doute à certaines entreprises.
    Julien Codorniou a tout intérêt a plus impliqué les marques sur Facebook qu’une seule boutique Lengow ou un onglet dédié F Commerce…mais pas forcément parce qu’il ne croit pa

  2. (erreur de manip)
    mais pas forcément parce qu’il ne croit pas au F-Commerce, mais plutôt parce que l’implication des entreprises sur Facebook sera plus rentable pour son entreprise…
    Guilhem

    1. Hello Guilhem, sympa de ta part de passer mettre ton petit commentaire sur mon blog ;) En ce qui concerne le F-commerce, j’ai vu passer cette infos de nombreuses fois, j’ai peut-être exagéré le chiffre mais il est certains que peu de monde retourne sur la fan page d’une marque. D’ailleurs on en a tellement qu’on ne sait plus lesquelles on a rejoint. Le F-commerce ne peut pas fonctionner sur cette plateforme. Je reste persuadé que le réflexe achat = Facebook est loin d’arriver à maturation : trop éloigné, trop inhabituel, méfiance vis à vis de facebook et surtout dépendant d’une plateforme qui change tous les jours. De plus je pense que l’onglet est très mal adapté pour le ecommerce et je n’ose imaginer les taux de conversions relativement nul que certains doivent obtenir… Pour l’argument Julien Cordinou, je m’incline. 1 point pour toi :) wait and see comme on dit, je ne suis pas là que pour donner des axes de reflexion et faire réagir… et ça marche :p A très bientôt et merci encore !

  3. Hey les zamis !
    Il y a un vrai focus de Facebook sur l’ecommerce. Mais pas sur Facebook …
    La stratégie est plutôt de sensibiliser les e-commerçants à se Facebookiser directement sur leur site : FB connect, bouton share & like, comments et surtout l’utilisation du graphe social => recommander à quelqu’un les produits qu’ont aimés ses amis, c’est plutôt top. Parce que c’est plutôt fréquent d’avoir des amis qui aiment ce que vous aimez (nous sommes tous des clones les uns des autres …).
    En France on est tjs obnubilé par la présence Facebook et (que) le nombre de fans (niveau 0 de la réflexion tout de même …).
    Discutez-en avec Julien si vous avez l’occasion, il y a bcp de choses à faire en utilisant le graphe social sur un site web également. :)
    My 2 cents

Leave a reply