HELLO

Alexandre JEANPETIT

DIGITAL NATIVE

Doit-on toujours s’inspirer de nos amis Américains sur les questions 2.0 ?



Doit-on copier les américains ?
Doit-on copier les américains ?

J’ai longtemps cherché quel serait le premier article de ce blog. Si vous avez lu l’explication du concept de mon blog, vous comprendrez que je vais régulièrement me placer comme le vilain petit canard des Blogueurs Marketing / Web.

Voilà maintenant deux ans, que je lis des dizaines de Blogs sur les questions de Social Media, de stratégies d’Internet, de Community Management. Et depuis deux ans, je m’insurge contre toutes les personnes qui ne traitent que de résultats ou de chiffres provenant du pays de l’Oncle Sam.

Il y a tout juste un an, j’étais à San Francisco. J’effectuais un stage chez Stitcher, une start-up qui a développé une application pour smartphone  Mon rôle était de développer et de faire connaître cette application en France. J’ai donc, pendant 4 mois, observé mes collègues, les personnes que j’ai rencontré, mes amis vivants là bas, les sites Internet locaux, la télévision, la publicité….

Plusieurs choses m’ont frappé. Les utilisateurs passent beaucoup plus de temps que nous sur les réseaux sociaux, les entreprises ont massivement intégrer dans leurs stratégies de communication la question de leurs présences sur les réseaux sociaux, les grandes marques affichent clairement dans leurs publicités off et online leur présence sur Facebook, Twitter, Foursquare ou encore Youtube, les américains sont beaucoup moins effrayés et comprennent beaucoup mieux l’intérêt des réseaux sociaux, les utilisateurs partagent beaucoup de contenus et donnent leurs avis de manière plus soutenue et régulière. Bref, les américains sont très avance par rapport à nous. Un an après, j’imagine que cette tendance a encore largement évolué.

Alors comment cela se traduit-il ?

– Les utilisateurs américains : Dans mon entreprise (Hommes et Femmes âgés entre 18 et 45 ans), mes rencontres (Hommes et Femmes âgés entre 20 et 28 ans), ou mes colocataires (Hommes et Femmes âgés entre 28 et 40 ans), tous sans exceptions connaissaient Facebook, Twitter, Youtube. Mieux, tous sauf une de mes colocataires (Mère de familles âgée de 40 ans) avait un compte Twitter. Cependant, tous sans exceptions avaient un compte sur Facebook. Certains utilisaient même des applications de géolocalisation (Loopt par exemple).

Je vois déjà nombreux d’entre vous dire, oui mais ces outils sont arrivés beaucoup plus tôt que nous en France. Je suis d’accord avec vous mais un an s’est écoulé et notre retard est toujours aussi flagrant. Pour moi, l’exemple le plus frappant est Twitter. Très peu utilisé, peu connu du grand public hors dans la presse people et quelques références en politique… Bref, Twitter n’est absolument pas adopté en France quoiqu’en disent certains fameux experts du web bloggeurs. (Je vous conseille de lire l’article de videonoob.fr paru cet été qui montre pourquoi Twitter ne prend pas en France). De plus, il y a quelques semaines, un chiffre est tombé : 72% des utilisateurs de Twitter ont un blog. Encore besoin d’être convaincu sur l’utilisation de Twitter ? Demandez-vous combien de vos amis qui ne travaillent pas dans le web, vos parents, votre famille, possèdent un blog ? Très peu, n’est-ce pas ? Et pourtant, ils représentent le cœur de la population Française consommatrice et donc cible des annonceurs.

– Les problèmes de vie privée : De nombreux grands blogueurs et personnalités de l’Internet US se sont vivement opposés à Facebook et Mark Zuckerberg, il y a peu de temps. Pourtant, Facebook n’a fait qu’un petit pas et on a plus rien entendu… Autant dire, qu’il doit bien se marrer dans son bureau de Palo Alto, notre milliardaire en culotte courte. Revenons à San Francisco. A peine arrivé, tous mes collègues m’ont demandé en amis sur Facebook et m’ont demandé mon @ Twitter (oui, c’est comme quand on te demande ton 06 en boite mais pour Twitter… ). J’ai pu observer que beaucoup d’entre eux maitrisaient les règles de Facebook et ont des profils ouverts. En France, lorsqu’on parle de Facebook a une personne normalement constituée (sous entendu de plus 30 ans qui ne travaillent pas dans le web), on entend : « Oh non surtout pas de Face Bouc, on va connaitre toute ma vie privée ». Embellie dans mes propos ? J’observe tous les jours la communauté de Looneo constituée de 150 000 consommateurs qui représente pour moi un excellent échantillon de la population Française sur le web. Et je peux vous assurer que dès que le moindre « Facebook » est écrit, c’est un taulé général ! Soyons honnête, de nombreux français ont très peur des réseaux sociaux.

– La promotion : Une chose m’a frappé le premier jour. Toutes les publicités en 4*3 12*10 (taille US ;)), toutes les publicités à la télévision, toutes les enseignes font la promotion de leurs compte Facebook et Twitter. Imaginez-vous cela possible en France ? Juste pour vous aider, calculer le nombre de publicité en France où l’on voit rien que le site Internet de l’entreprise ou de la marque… Effrayant n’est-ce pas ? Pour nuancer un peu mes propos virulents, disons que les entreprises US ont aussi beaucoup d’avance sur leur stratégie de présence sur les réseaux sociaux et à l’heure où en France on se pose encore les questions, aux US on agit.

– Le partage d’info et d’avis : Aux Etats-Unis, il n’y a qu’à voir le nombre de liens, de contenus et de photos ou vidéos postés sur les comptes personnels des utilisateurs pour voir que c’est un sport national. J’ai même dû mettre en veille mes contacts US car ils polluaient mon feeds avec tous les contenus partagés qu’ils trouvaient tous les jours. Jean-Nicolas Reyt qui publie tous les jours des chiffres très intéressants, publiait récemment un article : 1.3% du trafic des sites d’actus vient de Facebook, 0.1% de Twitter en France. Tout est dis, personne ne partage de l’info comme on voudrait nous le faire croire. Croyez-vous que les marques doivent focaliser leurs stratégies sur ce genre de « viralisation » ?

Il apparait évident, qu’aujourd’hui de nombreuses personnes nous font croire que le web français est bien calé derrière les américains. Qu’on se le dise, nous sommes à des années lumières d’eux et la progression est encore beaucoup trop lente pour espérer un revirement de situation. Je veux bien croire que beaucoup de phénomènes, de modes ou encore de théories qui ont fonctionné outre atlantique ont eu le même succès en France. Prenons, les exemples de Facebook, de Groupon, de Google… Cependant, à travers ce billet  je souhaitais exprimer mon désaveux face à certains blogueurs qui pensent que regarder ce qui se passe aux USA leur permettent d’affirmer beaucoup de choses ou d’en tirer des conclusions trop rapidement…

Je pense que nous devons observer les américains car de bonnes « practice » sont à prendre. Cependant, lorsque beaucoup évoquent les « best example » comme des cas à absolument appliquer en France, je conseille de revenir à la réalité des choses. Aujourd’hui, sortons un peu du cadre comme dirait un blogueur français connu de tous, observons nos consommateurs, observons les internautes Français, ce qu’ils font, ce qu’ils utilisent avant de prendre des décisions et de donner des leçons aux annonceurs.

Qu’en pensez-vous ? Doit-on suivre les yeux fermés les pratiques venant des Etats-Unis ? Vous avez ma réponse, j’attends la votre !

Comments

  1. Mais alors que faudrait-il faire en France pour rendre possible l’émergence et la bonne utilisation des réseaux sociaux ?

    Comment faire en sorte que le Web ne soit plus considéré comme le diable par les mass médias et par ricochet, auprès du grand public ?

    J’observe aussi beaucoup la manière dont les questions du Web sont traitées à la télévision. Très franchement, compte tenu des maux qu’on y prête au Web, présenté au mieux comme un truc nocif à utiliser avec modération, au pire comme le plus grand fléau que le monde civilisé n’ait jamais connu, je ne vois pas comment on va pouvoir se sortir de ça.

    Ou alors dans 20 ans, quand les USA seront passés à autre chose (depuis 15 ans…) et qu’une nouvelle génération moins polluée par le déversoir cathodique saura imposer ses choix avec un peu plus de constance que les acteurs actuels de la minuscule blogosphère francophone.

    En France, le Web est présenté comme une lubie, un passe-temps, un loisir et la source de tous les problèmes économiques que rencontrent les industriels français…

    1. Merci pour votre commentaire Guillaume. J’éprouve également la même idée que vous quand au traitement réservé à Internet en France. Il est vrai que c’est aussi une question de mentalité et que nous, français, avons beaucoup de mal à laisser entrer dans nos vies Internet voire la technologie au sens large. Aujourd’hui, très peu d’entreprises françaises sont reconnues pour leurs savoirs en terme d’Internet, nos écoles encore peu fournies en accès comparé aux Pays Nordique, nous avons un ministère consacré à l’économie numérique, quasi transparent… Le gouvernement avait fait beaucoup de promesses dans ce sens il y 4 ans, aujourd’hui très peu de résultats. J’attends avec impatience les élections de 2012 pour savoir si l’effet Obama jouera dans les campagnes électorales en France et apportera un souffle nouveau à l’économie numérique.
      Comme je le dis, dans mon article, j’ai la chance de suivre au quotidien, une communauté de consommateurs qui me semble très représentative de la population Française. Les personnes ont beau avoir une grande méfiance face à Internet, elles n’en restent pas moins des acteurs très présents (il y a par jour des centaines de commentaires, des dizaines de conversations ouvertes, des dizaines d’avis postés…). Internet est une activité jeune et post crise. J’assiste à l’ouverture dans de nombreuses écoles à des branches d’enseignement dans ce domaine, les entreprises prennent de plus en plus conscience de l’impact d’Internet… La nouvelle génération est composé d’early adopters. Nous sommes sur la bonne voie et je donne 4 ans à la France pour adopter définitivement Internet.

      1. Cher Alexandre :)
        Ton premier post, mon premier commentaire !
        Je me permets de partager ma vision des 2 marchés. Même si je n’ai pas eu la chance d’avoir ton expérience, en bossant 4 ans chez MSN sur les services de communication, j’ai pu échanger de nombreuses fois avec mes homologues ricains et faire des comparaisons.
        Certes, nous ne sommes pas à la pointe sur tous les usages du web mais pour autant nous ne sommes pas à la rue !
        Les réseaux sociaux ne sont qu’un des usages du web.
        Il suffit de comparer les offres des fournisseurs d’accès US et français pour voir que nous sommes plutôt bien placés …
        Le triple ou quadruple play vient de France ! On regarde la TV sur adsl en France bien plus massivement qu’aux US par exemple, même si le cable est plus populaire là-bas.
        Nous avions des forfaits avec web / VOIP / TVIP (puis mobile) pour 30€ quand nombre d’américains achetaient encore des heures d’Internet en faux haut débit.
        San Francisco est une belle région mais peut être pas représentative des US dans leur ensemble. Je serais curieux d’avoir la même analyse dans le Texas …
        Et puis il n’y a pas que Facebook et Twitter dans la vie ! Doit-on dire que les ricains sont en retard parce qu’ils ne sont pas sur Copaindavant (un Facebook like créé tout de même 5 ans avant;) ), sur les blogs de Skyrock ou n’achète pas autant sur des ventes privées ?
        A chaque pays ces us et coutumes.
        Si globalement, je suis d’accord, peu de grosses boîtes françaises (disons le CAC 40) utilisent encore le web au mieux, au niveau des usages je suis bcp plus mitigé que toi sur la réelle différence.
        Bravo pour ce nouveau blog dans tous les cas ! :)

      2. Et nous sommes si en retard au niveau des entreprises !? N’est-ce pas simplement parce que l’on prend les best practices US et qu’on les compare à nos worst practices ?

        Je viens de tomber sur la social media room de Kodak (enfin disons plutôt que tu m’as donné l’URL ;) ) :
        http://www.kodak.com/US/en/corp/ourCompany/index.jhtml?CID=go&idhbx=followus

        Bon bah si je compare à celle de SFR, il n’y pas photo (quel jeu de mots …) !
        http://reseaux-sociaux.sfr.fr

        Kodak c’est du web 2.0 à la sauce minitel !
        :)
        Allez keep pushing my friend !!!

        1. Mon cher Alban,

          C’est un grand plaisir de te compter parmi mes lecteurs :)

          Je suis tout à fait d’accord avec toi sur l’Internet en général et je peux même te dire qu’à San Francisco, la Mecque du High-tech, le réseau était plus que déplorable à cause de AT&T qui gère très mal tout ça… au pic des connexions, nous avions même des coupures ! Pire, sur les smartphones impossible d’avoir du 3G, seulement un bon edge ! Alors, oui sur certains points nous sommes d’accords, nous n’avons rien à envier aux ricains !

          Cependant, j’insiste sur le fait que cet article est orienté pour le 2.0 et je ne me focalise que sur cela… Et pour être franc, beaucoup de mes collègues venaient de tous les Etats-Unis, y compris du Texas :) Et tiens toi bien, Austin au Texas est une ville hyper développée avec beaucoup d’étudiants et ces derniers font parti des premiers à utiliser et adopter le Facebook primaire de notre ami Mark.

          Je suis aussi d’accord avec toi sur le fait que dans la plupart des cas, nous comparons nos worst pratice au cas Dell, Starbucks… Mais c’est ce que je dénonce aussi ici ! De plus, nous comparons toujours ces cas sans prendre en compte le fait que les consommateurs US sont très différents de nous !

          En terme de blogging, je ne suis pas d’accord avec toi, ils y sont autant que nos jeunes français avec des blog MySpace. Quand à copains d’avant, certes créer bien avant mais devenu très vite obsolète car il n’a pas su se renouveler pour moi…

          Quand à Kodak, tu connais mon avis, vu que c’est moi qui te les montrais :p

Leave a reply